0smose

notre instagram

Nina Simone, Légende

La grande diva du jazz qui dédia sa vie aux droits civiques des Noirs-Américains



Un toucher subtil et une grande aisance technique au piano, une voix de contralto remplie d’émotion et des mélodies variant de la chansonnette apaisante aux cris de rage, voilà comment caractériser une grande diva du jazz, Nina Simone. Mais son univers s’étend bien au-delà de la musique, puisqu’elle dédia aussi sa vie aux droits civiques des Noirs-américains.
Nina Simone, une grande femme qui porte en elle les combats de son époque.



Enfance compliquée



Nina Simone, née Eunice Kate Waymon, grandie avec ses parents et ses sept frères et sœurs dans un quartier pauvre d’une petite ville de Caroline du Nord, Tryon.



Elle montre très rapidement des aptitudes au piano et à la voix, apprenant le classique et les chants religieux. A douze ans, elle donne son premier concert dans son église locale où ses
parents sont tenus de rester au fond en raison de leur couleur de peau. Eunice refuse alors de commencer à jouer tant que ses parents ne sont pas assis devant, auprès d’elle. Un geste sûrement insouciant pour la jeune fille mais qui est déjà révélateur d’une grande force de caractère.



« Je choisis de refléter
l’époque et les situations
dans lesquelles je suis.
C’est mon devoir. »
Nina Simone

En grandissant, Eunice continue d'apprendre le classique, Bach notamment. Elle souhaite devenir la première pianiste noire à jouer du classique. Elle prépare alors durant l’été 1950 le concours d’entrée pour l’Institut Curtis, où elle sera refusée. Elle associera cet échec, avec le recul, au fait qu’elle était la seule noire de sa promotion. Cet échec est pour elle le premier grand malheur de sa vie. Cependant, cela lui permet de se mettre à chanter, sous le pseudonyme de Nina Simone, dans les bars d'abord, pour gagner un peu d'argent. Elle comprend bien vite que sa magnifique voix lui permet d'ouvrir des portes vers le jazz, le blues, la soul, un mélange de registres qu'elle décrira plus tard comme la "musique classique noire". Nina met un pied de plus dans l'engagement envers sa communauté.



Nina Simone, Légende
Portrait tiré par Jack Robinson, 1969


Chansons fortes et engagées



Nina Simone connait au long de sa carrière un très grand nombre de succès. Ses chansons parlent d’amour, de liberté, de paix. Mais elle sait aussi se montrer violente et pleine de rage envers son époque et la ségrégation raciale qui s’opère en Amérique. Elle écrit en 1964
« Mississippi Goddam » (« Mississipi putain ! ») à la suite de deux grands drames survenus dans le Mississippi. L’attentat de l’église baptiste de la 16ème rue par le KuKluxKlan, tuant quatre jeunes filles noires ainsi que l’assassinat de Medgar Evers, un militant Afro-américain.





Cette chanson sonne comme un cri du cœur face à ces violences et un appel à la révolte. L'aspect choquant de « Goddam » fait polémique à l’époque. Le morceau sera censuré par la télévision nationale et quatre états du Sud interdiront sa diffusion.



Nina devient de plus en plus engagée pour sa communauté, ce qui est pour elle un
devoir. Elle ne peut plus supporter cette oppression et est en faveur d’une révolte violente. Elle ne croit pas à la résistance passive que prône le pasteur Martin Luther King, de qui elle est proche, et penche plutôt du côté de Malcolm X et des Black Panthers.



Mais lorsque le 4 Avril 1968, Martin Luther King est assassiné, Nina est effondrée. Elle
jouera alors, trois jours plus tard, la chanson « Why ? (The King of love is dead)? », écrite par son contrebassiste Gene Taylor. Une chanson intemporelle, qui rend hommage au Pasteur avec une force et une émotion incomparables. Surement l'un des plus beaux morceaux du répertoire de Nina.





Nina Simone chantera au cours de sa carrière de nombreuses musiques engagées :
« Strange Fruit » (1965), « Backlash Blues» (1967), « Young, Gifted and Black » (1969) etc.
Elle côtoiera aussi de nombreuses personnalités de la défense des droits civiques ainsi que de
nombreux intellectuels afro-américains, comme le poète Langston Hugues ou la poétesse Maya Angelou. Cependant, la diva du Jazz restera toujours frustrée, énervée et triste de la situation aux Etats-Unis qui stagne. Dans les années 1970, elle décidera de fuir les Etats-Unis pour différents pays : la Barbade, le Liberia, la Hollande, la Suisse et la France, où elle terminera sa vie en 2003 dans les Bouches-du-Rhône.





Un de ses plus grands regret ? Ne pas être devenue la première pianiste noire à jouer de la
musique classique. Pourtant, ce que Nina réussira est encore plus grand. Au-delà de nous
transmettre l’émotion et la beauté de la musique, elle nous livre aussi un message fort de
progrès et d’humanité à travers de ce qu’elle appelait sa « musique classique noire ».



A voir: Le documentaire "What Happened Miss Simone" de Lizz Garbus sorti en 2015.
A écouter: Nina Simone and Piano, album de 1968. Nina Simone s'accompagne seule au piano. D'une sensibilité rare et avec des merveilles comme "Everyone's gone to
the moon", Nina Simone nous dévoile dans cet album son incroyable technique et
maîtrise de l'instrument.

Nuff Said, album de 1968 aussi. Voici l'album hommage à la mémoire de Martin
Luther King, enregistré trois jours après son assassinat. Gene Taylor est à la
contrebasse et il contient de nombreux chefs d'oeuvres comme "Ain't got no, I got
life" qui fait un carton en Europe.

Comment parler de Nina Simone sans parler de I put a spell on you, album de
1965. L'album porte le nom de l'une de ses chansons les plus connues, symbole de
sensualité et d'élégance. C'est d'ailleurs ce titre, "I put a spell on you" que Nina
Simone choisira plus tard comme celui de son autobiographie, parue en 1992.



[cc: Jack Robinson]

Paul Claret


catégories

récents

Gardiens de la Paix

29/12/2020

L'Eté d'0smose : un océan de partage pendant le mois d'Août

07/09/2020

L'Eté d'0smose : une pluie de recommandations en juillet

05/09/2020
Afficher plus